76529768

5 techniques pour réussir vos épreuves écrites

Autour du début d’une épreuve écrite…

  • La meilleure garantie contre le retard est d’arriver… avec quelques minutes d’avance.
  • Veillez à n’oublier ni votre matériel, ni, surtout, votre montre, indispensable pour la gestion de votre temps pendant l’épreuve.
  • Profitez du temps qui précède la distribution du sujet pour remplir l’en-tête de votre copie (nom, prénom, formation, etc.).
  • Feuilletez l’ensemble du sujet dès que vous l’avez en main, cela vous évitera d’oublier d’en traiter une partie (ça s’est déjà vu…), et vous pourrez, ainsi, évaluer le temps que vous consacrerez à chaque exercice. Faut-il lire ou non le sujet dans son intégralité ? Cela dépend. On ne lit pas l’ensemble d’un QCM avant de commencer à le traiter. On lit, en revanche, le libellé d’une dissertation (mais pas les annexes). Cette première lecture vous permettra de déceler une éventuelle erreur dans le sujet. Il faudra alors la signaler au plus tôt.

Hormis en cas d’erreur manifeste, vous ne devez jamais demander au sur- veillant (si c’est l’enseignant de la matière concernée et l’auteur du sujet) ce qu’il entend par tel ou tel mot, ou encore de préciser ce qu’il faut faire. Le fait de ne pas vous mâcher le travail est, en général, volontaire. Vous êtes maintenant dans le supérieur !

Organisation du travail à l’écrit

Bien gérer son temps

  • Ne ponctionnez pas de temps sur la phase de lecture et de compréhension du sujet, car cette étape est essentielle pour ne pas être « à côté de la plaque » pendant toute l’épreuve.
  • Pensez à vous préserver quelques minutes pour la relecture et la présentation de votre copie.
  • Attaquez votre rédaction assez tôt, même si vous avez l’impression que votre réflexion au brouillon n’est pas complètement achevée (pour l’utilisation du brouillon). Lorsque vous traitez des exercices, rédigez les solutions au fur et à mesure. N’attendez pas de les avoir tous finis pour commencer à noircir votre copie !
  • Utilisez le temps imparti au lieu de vous dépêcher de finir pour aller fumer votre cigarette. Soyez méfiant si vous avez fini trop de temps à l’avance. En règle générale, les enseignants estiment que le temps donné est celui qui est nécessaire pour faire un travail de bonne qualité.

Quand les documents sont autorisés

C’est parfois un cadeau empoisonné, car certains se croient, du coup, dispensés de revoir leur cours.

  • Les documents sont là pour aider et non pour être recopiés.
  • Vous devez en connaître le contenu (qui doit être convenablement classé), pour savoir à quel endroit vous pouvez trouver telle ou telle information

Copie blanche interdite

Vous avez la désagréable impression que le sujet ne vous évoque rien ? Ce sont des choses qui arrivent… Gardez votre sang-froid, ne quittez surtout pas prématurément la salle ! Pensez que quelques points grappillés vous éviteront peut-être une note éliminatoire ou une moyenne générale plombée à l’excès. Alors commencez par bien réfléchir et, surtout, faites feu de tout bois : peut-être pouvez-vous exploiter des éléments étudiés dans les autres matières, au lycée, à titre personnel… pour éviter à tout prix la copie blanche

Présentation de la copie

Si c’est, bien entendu, le fond qui prime, pour déterminer la bonne qualité d’une copie, un effort sur la forme n’est pas à négliger pour obtenir la meilleure note possible.

Quelques petits conseils :

–recopiez les questions auxquelles vous répondez, quand elles sont courtes, surtout si vous ne les traitez pas dans l’ordre ;
–n’utilisez pas de rouge, qui est la couleur du correcteur ;
–laissez des marges, si la copie n’en comporte pas, de façon à faciliter les annotations ;
–aérez votre travail (les sauts de lignes doivent être fréquents) ;
–n’écrivez pas au crayon à papier (sauf pour les dessins) ;
–consacrez une première relecture au fond de votre travail, une seconde à la syntaxe et à l’orthographe, et profitez d’un troisième et dernier passage pour mettre en valeur les éléments importants par un soulignement (titres, mots clés, etc.) ;
– n’oubliez pas de numéroter vos pages ;
–si le travail est anonyme, ne notez aucun signe susceptible de permettre de vous identifier, dans le corps du travail.
Soyez vigilant quant à la gestion de votre temps ! Les gens auxquels on est obligé d’arracher les copies ont le don d’exaspérer ceux qui les surveillent.