143071484

Comment « explorer » un livre?

Pour une utilisation au cas par cas

Préparation d’exposé, complément à un cours, précisions pour comprendre certains éléments un peu flous : ces besoins ponctuels et souvent pointus, ne nécessitent pas l’acquisition d’un ouvrage approprié. Vous pourriez vous ruiner assez rapidement!

Bouquins vs Web

Faut-il, pour autant, vous contenter du Web ? C’est peut-être un peu aléatoire (l’info risque d’être difficile à trouver) et risqué…

Sans rappeler toutes les limites de l’information disponible sur Internet, soulignons quelques avantages que présente le livre :

  • une maison d’édition n’accepte pas une proposition de manuel émanant de quelqu’un qui n’a pas de compétence avérée dans le domaine qu’il entend traiter ;
  • un livre traite d’un sujet dans sa globalité, en permettant au néophyte de distinguer l’essentiel de l’accessoire ;
    le document n’est pas publié sans avoir été lu et relu par diverses personnes
  • la date de publication figure sur l’ouvrage : indispensable pour juger de la « fraîcheur » de l’information…

Petite remarque : un ouvrage accessible en téléchargement sur le Web reste un ouvrage ! Peu importe le support (le papier est peut-être voué à disparaître), c’est le principe d’élaboration qui diffère. À noter que http://books.google.fr vous offre la possibilité de consulter gratuitement le texte intégral de certains ouvrages.

Mode d’emploi

Ce n’est pas très compliqué, même si cela peut vous paraître affreusement obsolète : vous vous rendez dans une bibliothèque et cherchez des titres correspondant à vos souhaits

Ensuite, vous balayez du regard le sommaire (si le sujet recherché est assez vaste), ou vous vous contentez de mener une recherche dans l’index (si votre thème de recherche est pointu).

Pour se substituer aux cours

Maladie, cours incompréhensible, corrigés d’exercices obscurs, séances séchées… Nombreux sont les motifs qui peuvent inciter à recourir à un ouvrage de substitution

Comment choisir ?

Deux options tout d’abord : avez-vous du temps pour travailler ou vous y prenez-vous au dernier moment ? La réponse à cette question vous permettra d’opérer un choix entre manuel et mémento. Mieux vaut maîtriser le contenu d’un mémento que se contenter de survoler celui d’un livre beaucoup plus complet.

Ensuite, il est indispensable d’avoir une idée du contenu du programme de la matière dans sa formation. En effet, mus par leurs préférences et par les contraintes de temps qui leur sont imposées, tous les enseignants n’abordent pas une discipline de la même façon et ne privilégient pas toujours les mêmes points. Pour les exercices présents dans les ouvrages, certains de ceux-ci doivent « ressembler » à ceux qui vous sont proposés par votre professeur. Vérifiez bien que les corrigés figurent dans l’ouvrage, sinon, faites l’acquisition du tome qui les présente.

Enfin, le ton utilisé ainsi que la forme du livre doivent vous convenir, pour vous faciliter le travail d’apprentissage.

Des livres à ne pas ménager

Quand un livre remplace le cours, on le traite… comme son cours, on souligne, on surligne, on encadre, en utilisant des codes visuels récurrents, de façon à bien faire ressortir le plan et les éléments importants. N’ayez pas d’angoisse existentielle : les manuels de base et mémentos ne font pas partie des beaux livres (chers) destinés à être exposés en bonne place dans une bibliothèque !

Conclusion

Essayez de développer votre réflexe “ livre ”. Vous serez impressionné de voir tout ce que l’on peut trouver dans des bouquins ! Allez flâner dans une bibliothèque universitaire et dans une librairie, dès le début de l’année, non pour acheter, mais pour repérer. Cela pourra vous faire gagner un temps précieux plus tard.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *