127543504

La technique du coureur de fond

Si on part du principe que vous faites des études pour décrocher le travail de vos rêves, mais aussi pour étendre votre culture dans un domaine plus ou moins spécialisé, le mieux, c’est de tenter de retenir un maximum des enseignements que vous recevez. Apprendre à apprendre, c’est aussi mettre en place une stratégie qui permette de ne pas perdre pied au moment des examens. Si certains, voire beaucoup, travaillent dans l’urgence, d’autres envisagent l’apprentissage avec un peu plus de calme et… de temps, et tant pis pour la mère Adrénaline !

Règles d’or du coureur de fond

S’organiser en amont
Bien souvent, lorsque vous débarquez dans une formation, l’équipe péda-gogique vous fournit un planning ; ainsi, vous êtes en mesure de savoir, dès le début de l’année universitaire, à quel moment ont lieu les partiels, le jour où vous devez rendre votre mémoire de stage, etc. Le mieux est de garder sous les yeux ce planning et de commencer à affronter les hostilités dès le début, afin d’éviter d’arriver fatigué aux épreuves. Tout est donc question d’organisation.

Dormir pour mieux retenir
Retenir la nuit, ce n’est pas débarquer en salle de cours les yeux pleins de sommeil, un oreiller sous le bras… L’essentiel du travail de mémorisation se fait justement pendant le cours et il n’est pas question de faire seulement acte de présence sous prétexte qu’on a fait la java la veille et qu’on a le cer-veau en gant de toilette. La règle d’or d’études réussies réside dans la capacité que vous aurez à gérer votre sommeil. Faire de bonnes nuits, c’est laisser la possibilité à votre cerveau de retenir toutes les informations que vous avez emmagasinées pendant la journée. Il faut donc :

  • être un minimum attentif en cours pour comprendre ce que dit le prof. Participer activement est aussi une très bonne façon de retenir une bonne partie des informations. Et contrairement à ce que l’on pense, on ne passe pas toujours pour un lèche-bottes quand on participe en cours ; le tout est de lever le doigt sans se jeter littéralement sur sa table et sans pousser des « moi Monsieur, je sais, je sais… » ;
  • relire ses cours attentivement le soir dans son lit… et si vous n’êtes pas seul, c’est vrai que la lecture du cours de bio peut être un tue-l’amour très efficace, mais vous pouvez toujours impliquer votre copain/copine dans votre réussite en lisant à voix haute… C’est en rêvant qu’on retient le mieux… Ça laisse songeur !

Tout cela ne veut pas dire que vous êtes privé de fiesta… seulement, il y a un temps pour tout. Sortir le week-end paraît normal et sain ; en revanche, commencer les week-ends le jeudi et remettre ça le vendredi et le samedi, peut déjà vous poser des petits soucis d’organisation.

Se motiver

Outre l’hygiène de vie, indispensable pour le bon coureur de fond, la motivation reste maîtresse dans la réussite de votre parcours. Car, l’étudiant qui se lève le matin sans trop savoir pourquoi, ni avec cette folle envie de découvrir l’Histoire de la Chine au XVIIe siècle ou de la mécanique, peut rester au lit.
Sans motivation, un cours ne se retient pas. C’est aussi basique que cela. D’où l’importance que vous devez accorder à votre orientation.

La motivation, ça se titille ! Ne tombez pas dans les trop faciles « ça me gave, ce cours, j’pige que dalle ! ». Un peu d’attention, l’envie de comprendre sont les ingrédients essentiels pour réussir. Et si vraiment votre cerveau fait bar-rage au cours de physique appliquée, réunissez une cellule de crise avec vos amis qui se feront un plaisir de montrer qu’eux, ils ont tout compris !

Prendre le temps d’apprendre

Impensable, lorsqu’on débute ses études, d’imaginer ne travailler qu’un jour par semaine. Il est clair que certains parcours d’études libèrent des plages de temps beaucoup plus grandes que d’autres. À vous d’exploiter au maximum ces périodes en vous aménageant des plannings et en vous y tenant. Chaque journée doit vous permettre de faire au moins une heure de travail personnel. Si vous êtes en Lettres, par exemple, il n’est pas complètement fou de prendre une heure par jour pour lire un roman de votre choix et ainsi parfaire votre bibliothèque intérieure.
Le temps dont vous disposez en dehors des cours est là pour :

  • vous aider à retenir les connaissances engrangées ;
  • aller au-delà des cours en faisant des lectures personnelles, en étant curieux de tout.

C’est vrai que la tentation d’aller boire un verre à la cafétéria du campus est grande, et parfois légitime. Mais tâchez de bien gérer les moments de détente et les moments de travail. Et pensez à faire du sport (du quoi ?) même si l’idée de vous retrouver moulé dans un maillot et allongé sur le dos pour une série d’abdos ne vous réjouit pas plus que ça. Le sport est parfait pour évacuer le stress et mettre à profit le temps libéré par les cours. Notez, et ce n’est pas pour culpabiliser les réticents, que votre campus propose des activités sportives à bas coût… vous n’avez plus d’excuse.

Révisions régulières

Apprendre à apprendre, c’est un peu s’injecter dans la tête des connaissances et, de temps en temps, en remettre une dose et s’assurer que tout est bien en place. Alors mettez de côté votre peur irrationnelle des piqûres de rappel…

Exploiter et réexploiter
Un cours, ce n’est pas seulement un professeur magistral qui déroule un plan et des mots que souvent vous ne comprenez pas. C’est aussi une prise de notes efficace et personnelle, et surtout un apprentissage qui vous est propre.
En effet, le cours de géologie, que vous avez gratté pendant trois heures ce matin, ne doit en aucun cas rester enfermé dans votre classeur. Vous devez l’exploiter et le faire vivre dans votre mémoire.
Pour cela, il faut le reformuler selon le code qui vous parle le plus. Certains aimeront le transformer en schéma, tableau (= mode visuel), d’autres le reformuleront avec un langage bien à eux, et se le réciteront à voix haute (= mode auditif).
L’essentiel est de faire apparaître des points de repère qui vont aider votre mémoire. Surlignez, découpez les leçons afin de les apprendre par étapes, etc. Tout cela vous permettra de ne pas paniquer le jour de l’épreuve. Ils sont trop nombreux les étudiants qui pensent avoir retenu un cours et, au moment de l’exploiter à l’oral ou à l’écrit, se retrouvent muets : ils n’ont pas fait fonctionner leur mémoire comme il faut, en prenant le temps qu’il faut.

Atout cœur !

Il n’est, bien sûr, pas question d’apprendre par cœur mécaniquement vos cours. Faites-vous confiance et dites-vous bien que si vous avez compris ce que vous avez noté, votre mémoire a déjà retenu l’essentiel. L’idéal est de faire apparaître ces éléments dans une petite fiche que vous pourrez relire à loisir au fi l de l’année afin que les informations soient stockées durablement dans votre mémoire. Cette dernière n’est pas dotée de pouvoirs surnaturels et comporte ses limites. Il sera donc impossible de lui faire avaler une foule d’informations en un minimum de temps. Apprendre par étape, jour après jour, est le meilleur moyen de retenir sur le long terme.

Le travail d’équipe peut payer

Prendre le temps de réviser un partiel, c’est aussi se laisser la possibilité d’aménager des plages de révisions en équipe. Cela comporte le double avantage de vous permettre de réviser correctement, de poser des questions quand un point n’est pas clair, mais aussi, et peut-être surtout, de ne pas tomber dans la déprime.




One thought on “La technique du coureur de fond

Comments are closed.